Getuigenis.be

| Hubert & Hennie V. | | Samuël V. | | plus... (en Allemand) |
foto

Jésus a changé notre vie et notre mariage


En été 2004, l'équipe de l'OCG du Luxembourg nous a visité dans notre assemblée à Comines en Belgique. Le message apporté et leur comportement nous ont parlé. Ce qui a fait que nous sommes allés à une journée des visiteurs le 4 septembre, mais nous ne pouvions pas rester pour la semaine d'évaluation à cause du travail d'Hubert.
En février, ça a marché et nous sommes partis à Walzenhausen pour une semaine d'évaluation spirituelle.
Nous avions des problèmes familiaux car chacun ne vivait que pour soi.
Moi, Hubert, je n'avais jamais appris à porter la responsabilité, ma mère me déchargeait toujours de tout. Lors de mon mariage je n'ai pas pris la responsabilité de diriger et protéger ma femme Hennie. J'ai également échoué dans l'éducation de notre fils Samuël, et cela parce que je ne réalisais pas ce qui était en train de se passer, car de par ma nature profonde je suis paresseux. Nous n'avions pas une très bonne relation ensemble.
Lors de l'évaluation à l'OCG la racine du problème était que ma vie est centrée sur moi-même. Je réalise de plus en plus que je marchais dans mes propres voies et pas dans la foi et la dépendance du Seigneur Jésus. Grâce à l'OCG j'ai appris à le faire pratiquement, la solution est la suivante: par la foi faire confiance au Seigneur Jésus qu'Il va m'aider à ce que je me charge à nouveau de mes responsabilités en tant que chef de famille.
Les pas pratiques pour m'y exercer: l'autel de famille* où nous lisons ensemble la parole de Dieu, où nous partageons ce qui nous préoccupe en tant que famille et individuellement, avouer nos péchés, prier, et apporter nos désirs devant le trône de Dieu. Cela nous unit.
Pour moi, Hennie, voilà ce qu'a dévoilé la semaine d'évaluation: je parle à la place de mon mari et je suis dominante. Solution: laisser la direction à mon mari et ne pas parler à sa place. Demander de l'aide à mon mari pour mes besoins.
Par la grâce de Dieu Hubert prend maintenant plus ses responsabilités et me facilite ainsi ma tâche. Là où je retombe dans ma vieille nature, je me repends, et cela également lors de l'autel de famille et ensuite je continue avec le Seigneur.
Le Seigneur m'a montré que j'avais encore des choses à régler, à savoir que la fierté spirituelle, et le parler à la place de mon mari sont une vengeance cachée provenant du fait que j'ai été blessée. La lésion intérieure est finalement la pitié de soi-même, donc la vieille nature. Ainsi je l'ai réglé avec le Seigneur et lors de l'autel de famille.
Nous sommes très reconnaissants de l'aide reçue, nous nous sommes engagés envers le ministère, et nous commençons maintenant avec le séminaire des débutants.

*: autel de famille - réunion de famille devant le Seigneur

Hubert et Hennie V.,
Belgique